La main
de l'homme

Le plus souvent habité par ses régisseurs, le Château Laroque doit beaucoup à ces hommes qui ont entretenu le vignoble et constitué, millésime après millésime, l’identité du vin.

La générosité des sols et du vignoble comme les catastrophes, à commencer par le phylloxéra, les remembrements et les achats judicieux de parcelles constituent un patrimoine. En cela, chaque millésime est un hommage.

Nous devons citer Paul Boisard qui contribua à la fin du XIXème siècle à faire progresser considérablement les vins pour séduire les négociants de la place de Bordeaux. Parmi les nombreuses reconnaissances, le Château Laroque obtint une médaille d’Or à l’Exposition Universelle de 1900 à Paris. Au décès de ce régisseur, les employés du domaine élèveront une statue à son effigie.

« Perpétuant les gestes hérités
des femmes et des hommes qui nous ont précédés,
nous prenons le plus grand soin de nos terres, de nos vignes et de nos vins. »

David Suire

Plus récemment, l’ingénieur agronome Bruno Sainson signera une trentaine de millésimes pour installer le Château Laroque parmi les Grands Crus Classés de Saint-Émilion.

En nommant David Suire,
Xavier Beaumartin poursuit
l’œuvre de ses prédécesseurs
en étant pleinement conscient
des grands enjeux qui attendent Laroque.

Il s’entoure d’hommes expérimentés pour prolonger l’histoire et respecter le caractère de ce cru qui l’a rendu si fort au fil des siècles.

David Suire

travaille depuis plus de quinze ans à Saint-Émilion sur les terres calcaires de deux crus voisins, Premiers Grands Crus Classés. Tout en poursuivant cette mission, ce fils de vigneron - devenu œnologue - conduit désormais Laroque avec l’ambition de continuer à faire briller ce grand terroir. Les premiers millésimes, 2015, 2016 et 2017 en témoignent.

Autour de lui s’active une équipe compétente et investie : Patricia Pradier à l’administration, Ludivine Chiron à la direction technique, Marie-Aglaë Fougère, maître de chai, Dominique Teyssou, chef de culture, et de nombreux vignerons.

Au total, 19 hommes et femmes, autant de vignerons passionnés, se voient confier Laroque au quotidien. Leur travail ne vaut que pour leurs qualités : rigueur, souci du détail, maîtrise des pratiques, minutie, patience et humilité dans un seul et même objectif : faire de Laroque un grand vin.